Fangirl, Eleanor and Park, Julie Lou

Fangirl et Eleanor & Park, les coups de cœur

Ni une, ni deux ! Une fois avoir pris connaissance de la présence de Rainbow Rowell à Livres Paris, le souhait de rencontrer l’auteur de Fangirl et d’Eleanor & Park, malgré le fait de n’avoir lu aucunes de ses histoires, était bien trop important. Comme des cadeaux de la fin de l’hiver, les livres bleutés, ou un petit peu colorés, ne m’ont pas lâché à partir de leurs ouvertures. Coups de cœur, coups d’amour : ils sont d’une légèreté si douce que leur lecture est passée comme une lettre à la poste, à contre cœur pour moi…

Comment

Looking For Alaska, Julie Lou

Looking For Alaska

Looking For Alaska déborde de secret, une lecture qui intrigue ou déroute, un peu comme Alaska oui. Si la partie initiale de l’histoire, dites before, ne se présente pas comme précieuse avec la rencontre ordinaire et légère de Miles, Chimp, Alaska et Takumi, un chapitre de leur histoire les bouscule et le lecteur avec…

Comment

Lectures, Julie Lou

Le trop-plein d’histoires

Rat de bibliothèque ? Finalement, mon amour pour les histoires est plus fort que celui pour les bibliothèques… Si les couleurs, du doré à l’argenté ou du pourpre au blanc, sont belles et qu’ordonner les livres par celles-ci est apaisant pour moi, les histoires le sont plus. Plonger dans une histoire est un espace incroyable quelle qu’en soit la forme : un livre, le script d’une pièce de théâtre, le scénario d’un long ou court métrage ou aussi d’une série.

Comment

Tinker Bell, Peter Pan, Julie Lou

Peter Pan

Premier livre v.o. de ma bibliothèque, oui ma petite bibliothèque juste à moi, juste pour moi. Si ma lecture m’impatientait, il y avait aussi le souhait si intense de découvrir les illustrations qui s’y cachaient… Le doré et les typographies : le livre Peter Pan aux éditions Harper Design, est si beau !

Comment

La Bibliothèque des coeurs cabossés, Julie Lou

La Bibliothèque des cœurs cabossés

Sara, petit rat de bibliothèque suédois, voyage dans une communauté oubliée dans les champs de maïs au fin fond de l’Iowa, pour rencontrer Amy Harris, une amie amoureuse de littérature, mais à sa venue, elle n’est plus là. Leur amitié a attiré Sara ici pour se découvrir enfin et ne plus se confier uniquement sur du papier froissé… mais oui, Amy n’est plus là.

Comment

La La Land, Julie Lou

La La Land

Coup de cœur cinématographique de ma vie pour l’ode à l’amour, à Hollywood, au cinéma et à l’art de La La Land. Si les perles de pluie ont caressé mon visage pour le long-métrage, malgré de véritables sourires, ce n’est pas pour la si belle histoire imaginée mais pour la qualité superbe ou la claque cinématographique, et le rêve qui prend fin avec l’infini « The End ».

Comment

Diamant noir d'Arthur Harari, Julie Lou

Diamant noir

Profonde et intense pour sa lumière affirmée, ses couleurs ardentes mais aussi sa violence : la première séquence de Diamant noir est pour moi, inoubliable. Une séquence où les sonorités lancinantes se dévoilent comme un leitmotiv prenant tout au long de ce cinéma noir, à la forme discrètement documentaire, au cœur des ateliers de diamantaires.

Comment

Peppermint Snowflake

Aux prémices de l’hiver, il est si naturel et réconfortant de se blottir sous une couverture moelleuse et regarder par la fenêtre le ciel s’étoiler. Fenêtre close, il manque la fraîcheur des pins ou des baumiers mais les gelées sont si intenses parfois qu’il fait bon de se lover devant la cheminée pour oublier les angoisses ou adoucir les peines. Allumer une bougie est aussi dans la lignée du bien-être profond et du confort.

Comment

A Very She & Him Christmas Party

Pour la Christmas party, j’aime le kitsch : le sapin vert aux lumières dorées, le pull-over illustré du petit cerf Rudolph au nez rouge, le cinéma et les sonorités. Et puis finalement, je ne sais pas si j’aime le kitsch pour les fêtes ou les fêtes pour le kitsch mais ce que je sais, c’est que je porte une affection intense pour celles-ci et ses sonorités classiques : All I Want For Christmas Is You, Let It Snow ou Happy Holiday !

Comment

Wishlist for xmas, Julie Lou

Wishlist for Xmas

Sous la forme d’une lettre avec son lot d’étoiles et de paillettes, ma wishlist a des centaines de couleurs mais surtout du rouge et du doré pour la Christmas Party. Le papier manque mais il y reste ici les belles couleurs, la magie aussi (on oublie pas de coloriser les illustrations à l’aide du pointeur de la souris) ! Le jaune d’Anita, le rouge amour de Lisa, le doré de Lolita : les étoiles se trouvent au fond de tous les présents, oui n’importe lesquels. Il y a aussi La Bibliothèque des cœurs cabossés qui me fait rêver depuis des lustres. Je ne sais si Lisa, Lolita ou même Anita sera sous le sapin mais je sais que les étoiles seront là…

Comment

Etoile lumineuse, Cultura, Julie Lou

Chapter closes : Xmas Giveaway (closes too)

Dans mon sweat gris le plus confortable à pois blancs, je laisse mes doigts s’aventurer dans le froid pour pianoter sur mon clavier argenté. Mon clavier lune aussi. Il ouvre la petite fenêtre de ce chapitre qui se clôt : la première année. Un peu lourde pour le cœur parfois, puis superbe pour les voyages sonores !

Comment

13 Voices X Sum 41

Les premières notes, et les perles de pluie. Si A Murder of Crows est dans la lignée de Reason To Believe de Screaming Bloody Murder sorti en 2011, il m’a bousculé sur l’étreinte avec Dave Brownsound Baksh et le souvenir si intense sur scène. Mais ne pas se plonger dans l’album est insensé et puis, la scène n’est jamais loin.

Comment

Le Voyage continue

L’attente plus qu’impatiente de la sortie d’album de Sum 41 le sept octobre, et le fait de ne pas parler ici des sonorités découvertes en été me chiffonnaient… Parfois des classiques, parfois des découvertes intenses, les onze titres m’ont fait voyager de l’été à l’automne. De ma rencontre avec Alex Ebert d’Edward Sharpe and The Magnetic Zeros avec qui j’ai dansé sur Man On Fire à ma fraîche idolâtrie pour Editors, le voyage continue et promet un automne incroyablement beau en sonorités…

Comment

41

Mon premier amour a comme une fragrance de fraîcheur depuis que l’océan m’a bousculé. Oublier les vagues et l’eau salée, ce ne sont plus que les sonorités qui se balancent contre moi. Leurs sourires et mon étoile enivrent mes nuits noires. L’étoile que j’ai si souvent piétinée oui, mais qui a filé si fort aussi.

Comment

Le Secret des banquises

Le Secret des banquises de Marie Madinier est un conte, une fable scientifique, sensible et drôle tout en légèreté et équilibre. Sa poésie portée par Charlotte Lebon m’a attendrie, surprise aussi. Les plans sont superbes et dévoilent la beauté de l’histoire fantaisiste et un peu curieuse…

Comment

Orange is the new black, de Piper Kerman

Une, deux puis trois. Trois saisons pour finir par lire le livre qui a inspiré Orange is the new black, l’une de mes préférences. Un, deux puis trois. Trois jours pour finalement clore le livre que j’ai aimé pour sa narration, pour son humanité. Orange is the new black libère et ouvre les portes de l’incarcération féminine où l’auteur livre un si beau portrait de l’humanité aussi bien avec les angoisses, les peurs, les colères que la douleur et l’allégresse.

Comment

Perfect Houseguest

Perfect Houseguest de Tiny Inventions, livre une douce et petite animation où un drôle d’invité fait le nettoyage de printemps de toutes les pièces de la maison. Drôle ? Oui car ce n’est pas si commun d’avoir une petite souris pour tout soigner chez soi mais c’est la belle idée de Ru Kuwahata et Max Porter.

Comment

Miley Cyrus and her dead petz

Affection ou non pour l’artiste, ‘Miley Cyrus and her dead petz’ s’ouvre à l’expérimental et aux sonorités maîtrisées. Sa sortie un peu discrète, en douceur de l’été dernier ne m’a pas saisie mais depuis plusieurs semaines, l’album me transporte si loin… Sans coup de cœur sur le clip ‘Dooo It’, j’ai laissé la sortie passée… Et puis, les saisons se sont enfilées et enfin, l’écoute des 23 titres et de l’unité m’a bouleversé.

Comment

La liberté des cliques

Pianoter sur mon clavier argenté est l’un de mes moments préférés finalement. Je suis une passionnée d’écriture, disent-ils mais moi ce que je retiens c’est que je suis simplement dans mon confort ici. Le confort de mon chez moi. J’écris alors, beaucoup beaucoup beaucoup, et avec amour.

Comment

Chansons-tristes-favorites

Si mon drôle de papillon me chatouille ou si ça ne va pas tout simplement, j’ai la fâcheuse tendance à me glisser sous mes draps au chaud et me laisser aller sur des petites sonorités, sur des chansons tristes. Oui, c’est bien ça. Et le plus triste, c’est que ce sont mes favorites…

Comment

The Virgin Suicides

Je ne sais si c’est pour son envoûtement ou pour sa poésie mais je voue un véritable amour pour la bande originale de Virgin Suicides. Je me vois de nouveau veiller la nuit pour griffonner quelques morceaux de vie en dessins ou en poèmes alors que je n’avais qu’une quinzaine d’années, sur ces sonorités que j’aimais. Et que j’aime toujours. De l’intrigue à l’amour, la BO de ce long-métrage signée Air m’a transportée… Comme un premier baiser, comme une infidélité, comme une fragrance, comme toi, comme tout.

Comment

Vice-Versa : des milliers de couleurs

Vice-Versa est rempli de vie, de couleurs et d’imagination aussi. Un long-métrage avec un fond superbe (bien que la forme soit tout aussi belle). Un cinéma d’animation qui se dévoile poétique et assurément fantastique, selon moi. Un petit trésor cinématographique qui nous transporte à travers les couleurs, les sonorités et la rencontre avec l’imagination. N’oublions pas non plus, ce jeu de nuances d’émotions soutenu par la singularité de Charlotte Lebon.

Comment

Over the moon

Je suis fascinée par la lune, l’animation et les lumières la nuit alors la collection en animation « Over the moon », je l’aime tout naturellement. Ici, il y a toujours une petite fenêtre ouverte sur le monde. Cela permet d’observer ce qui borde ma maison, ce qui se passe dehors et de découvrir plein de petites choses.

Comment

Un drôle de papillon

J’ai un drôle de papillon dans mon ventre. Ce n’est pas le papillon qui fait des gazouillis par amour, pour un petit sourire ou pour une vie jolie non. Il est bien plus vilain celui-ci… Pour un rien, loin du calme et de la douceur, il s’agite et se passionne à me tourmenter. J’ai appris à l’aimer au fil du temps car au fond, ce petit papillon fait partie de moi. D’aussi loin que je m’en souvienne, il est là, bien au chaud, au creux de mon ventre.

Comment

Instagram bleuté

Bloomistful. Un compte à découvrir quand le soir, vous éteignez les lumières de votre maison et que vous veillez sur une application au petit nom d’Instagram. Pour moi, ce compte est une sorte de liberté pour mon imagination et vous allez vite vous en rendre compte avec une interface créée à partir de quelques dessins et de la poésie des images. Car si Instagram est l’une de mes applications préférées et de loin, son bleu trop fort me plaît moins… Un Instagram bleuté, oui mais un tout petit peu.

Comment