Bienvenue au motel des Pins perdus, de Katarina Bivald, Julie Lou

Bienvenue au motel des Pins perdus, de Katarina Bivald

Ce n’est plus un secret, les saisons inspirent mes lectures mais pour la première fois, c’est une lecture un petit peu imposée qui m’a fait prendre conscience de ce que je souhaitais recevoir comme émotion en lisant. Cette lecture, c’est le dernier roman de Katarina Bivald, Bienvenue au motel des Pins perdus aux éditions Denoël. Après mon intense coup de cœur pour La Bibliothèque des cœurs cabossés, et mon affection pour Le Jour où Anita envoya tout balader, j’étais impatiente de retrouver l’auteure à travers une histoire inédite même si le premier chapitre m’a quelque peu inquiété…

Dans celui-ci, le lecteur découvre la mort du narrateur interne qui se dévoile sous le prénom de Henny. Plutôt que de disparaître, celle-ci continue de penser et d’être tel un fantôme. Invisible, elle devient alors spectatrice de ses propres funérailles et de ce que devient la vie à Pine Creek, petite commune des États-Unis d’Amérique à partir de son décès. Ces prémices de l’histoire ne m’ont pas laissée indifférente que ce soit pour mon hypersensibilité mais aussi pour des circonstances personnelles difficiles. J’ai sincèrement pensé à laisser de côté cette lecture dès les trente premières pages mais l’écriture de Katarina Bivald m’attirait comme un aimant et les pages ont finies par se tourner avec avidité alors que…

Alors qu’il n’y a aucune intrigue dans ce roman. De mon côté, je pense m’être laissée porter par l’écriture, par la simplicité de cette histoire et par la douceur qu’elle m’a livrée. Du point de vue de Henny, le lecteur rencontre ses proches, son environnement et ainsi, ce motel des Pins perdus qui est « le fruit d’un désir d’aventure (…) Il y a des rêves entre ces murs, dans les couleurs délavées, dans les chambres mal éclairées et dans les rideaux qui commencent à s’effilocher. » Lieu de vie et de caractère, ce dernier présente des histoires d’amour et d’amitié inoubliables et touchantes. À l’instar du motel, Bienvenue au motel des Pins perdus de Katarina Bivald présente une histoire des plus attachantes même s’il manque certainement une véritable intrigue pour satisfaire davantage de lecteurs. Pour ma part, l’émotion que m’a apportée ce dernier roman de l’auteure est juste parfaite.

P.S. : Et pourquoi celle-ci m’a été « un petit peu imposée » ? Parce que Babelio et les éditions Denoël me l’ont fait parvenir en avant-première dans le cadre d’une action Masse Critique.

Avez-vous déjà lu un roman de Katarina Bivald ? Celui-ci vous inspire-t-il ?

L’unique moyen de ne jamais être blessée, c’est de ne rien avoir à perdre, mais quelle triste manière de vivre sa vie. Nos cœurs sont capables d’encaisser plus que nous le croyons ; ils continuent à battre longtemps après que nous sommes partis en fumée.

COMMENTAIRE

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.