A Star is born, de Bradley Cooper, Julie Lou

A Star is born, de Bradley Cooper

Un dimanche d’octobre, l’automne se dévoile à la fenêtre. Les feuilles rougissent, le soleil est étincelant et le climat est doux. Après une belle promenade en ce dimanche parfait, la lecture de quelques critiques sur le dernier long métrage de Bradley Cooper, A Star is born confirme mon souhait de le découvrir en salles obscures. Deux heures et quinze minutes plus tard, les perles de pluie coulent le long de mon visage, mais les sourires y sont également présents. Lire l'article

Le top des classiques Walt Disney, Julie Lou

Le top des classiques Walt Disney

Comme une partie de moi, comme un morceau de vie (et de sucre un peu aussi), les studios Walt Disney sont avec moi depuis l’enfance, et les délaisser est simplement inconcevable. Ils sont pour certains, de véritables classiques du septième art à mes yeux, pour le scénario parfois, pour les sonorités parfois mais continuellement pour la technique comme pour mon coup de cœur des longs métrages du studio, Bambi. Il n’y a aucun doute sur ma préférence pour celui-ci mais pour les autres ?Lire l'article

Mars Attacks ! de Tim Burton, Julie Lou

Mars Attacks ! de Tim Burton

Jamais je n’aurai pensé écrire un article sur ce long métrage adapté de cartes collector des années 1960, comme quoi il est important de ne jamais dire jamais… Certes, Tim Burton est l’un de mes cinéastes préférés mais Mars Attacks ! ne fait pas partie de mes préférences, et je n’avais même que des bribes de celui-ci dans ma mémoire – ce qui me dérober de toute déception liée à sa (re)découverte.Lire l'article

(500) jours ensemble, Julie Lou

(500) days of Summer, de Marc Webb

Il y a des longs métrages comme ça qui laissent une vague impression de qualité et d’appréciation mais qui ne sont finalement pas découverts à l’instant le plus approprié d’une vie. Il est ainsi important de leur laisser une seconde chance, mais encore faut-il le discerner ce sentiment… Le cas s’est présenté pour moi avec (500) days of Summer, de Marc Webb pour lequel je maintenais une affection dans ma mémoire sans trop savoir pourquoi.Lire l'article