Diamant noir d'Arthur Harari, Julie Lou

Diamant noir

Profonde et intense pour sa lumière affirmée, ses couleurs ardentes mais aussi sa violence : la première séquence de Diamant noir est pour moi, inoubliable. Une séquence où les sonorités lancinantes se dévoilent comme un leitmotiv prenant tout au long de ce cinéma noir, à la forme discrètement documentaire, au cœur des ateliers de diamantaires. Et l’environnement dans lequel s’introduit doucement Pier, interprété par Niels Schneider (J’ai tué ma mère ou Les Amours imaginaires de Xavier Dolan) pour caresser sa vengeance, est comme le diamant : un prisme aux vérités abondantes et non définitives. Le diamant et sa lumière. Une lumière si atypique pour le premier long-métrage d’Arthur Harari, comme une scène nocturne dans le jardin qui est juste incroyable avec la diffraction de la lumière sous l’eau. Diamant noir a des séquences véritablement intenses pour l’art oui, mais pour la violence aussi avec des scènes de convulsions plus que soutenues et la première séquence illustre à merveilles l’obscure clarté de ce cinéma dramatique…

Diamant noir d'Arthur Harari, Julie Lou

    • Julie Lou – Author

      Oh superbe ! ♡ C’est un long-métrage d’auteur intéressant pour sa violence et ses scènes intenses, je t’invite vraiment à le découvrir !

Comment

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.