Funan, de Denis Do, Julie Lou

Funan, de Denis Do

Authentique. Poignant. Difficile. Et parfaitement superbe. Décrire le premier long métrage de Denis Do, Funan n’est pas si simple mais il me paraît important d’écrire quelques mots afin de le promouvoir encore et encore pour que personne ne passe à côté de cette petite perle du cinéma d’animation français.

Inspiré de l’histoire personnelle de ses proches et plus spécifiquement de sa mère, Chou, le cinéaste met en lumière avec ce long métrage d’animation 2D l’Histoire tragique du Cambodge, à partir de 1975 sous le régime dictatorial des Khmers rouges. Déportée lors de cette révolution, Chou perd sur le chemin vers les camps son enfant de quatre ans, Sovanh. Par amour et avec l’aide de sa famille – celle qui lui sera arrachée petit à petit sous les violences, elle continuera malgré l’impuissance, le désarroi et la peur, de le rechercher sans jamais abandonner.

Ode à l’amour, Funan livre aussi « la complexité des rapports humains dans un contexte extrême d’oppression. Il [n’est] pas question de bien et de mal. Le film nous plonge dans la vie de gens normaux, épuisés par la souffrance. » comme le précise Denis Do, dans sa note d’intention. Une souffrance qui se lie à la nature comme le créateur l’a présenté lors de l’avant-première ; à partir de l’apparition des premières violences, il y a une « déchirure entre la nature, son cycle et les humains, et le lien reprend sur les derniers plans. » Difficile pour moi de ne pas trop entrer dans ses détails, car cette hymne à la nature m’a profondément émue. L’esthétisme aussi, avec ces sublimes couleurs et leur harmonie inspirée des photographies des différents voyages au Cambodge de Denis Do, « ce pays qui a le plus beau coucher de soleil sur Terre [à ses yeux] et où le ciel est immense, où l’horizon s’étend à l’infini ». Enfin, pour souligner aussi bien l’histoire que l’animation, la bande originale de Thibault Kientz Agyeman est juste, profonde et absolument superbe.

Diffusé dans les salles obscures à partir du six mars prochain, Funan de Denis Do est un long métrage à ne pas manquer et j’espère que son ascension depuis sa première présentation dans le cadre du Festival international du film d’animation d’Annecy où il a été primé avec le remarquable Cristal du long métrage, ne cessera pas, sincèrement.

Funan, de Denis Do, Julie Lou

    • Julie Lou – Author

      Il est vraiment très beau, les couleurs et l’animation sont incroyables. J’espère que tu le découvriras au cinéma à sa sortie, il le mérite !
      À très vite.

  1. J’aime beaucoup ton article Julie, tu en parles vraiment très bien je trouve, avec sincérité et justesse. Je ne sais pas encore si je ferai moi-même une chronique, je ne suis pas sûre de pouvoir faire mieux que toi, ou en tout cas de dire des choses que tu n’as pas déjà dites toi-même ici 🙂

    Bon lundi ! 🙂

    • Julie Lou – Author

      Je te remercie infiniment Julie pour ce commentaire qui me touche encore une fois. J’ai l’impression de me répéter mais c’est vraiment le cas à chaque fois. De ton côté, j’espère que tu écriras un article dédié à ce superbe long métrage pour que tes lecteurs le découvrent sous ta propre plume.

COMMENTAIRE

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.