Miss Peregrine et les enfants particuliers

Trouvée au fond d’une petite librairie à la fin du printemps, l’édition Bayard du livre Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs, et non celle formée à partir du long-métrage du cinéaste Tim Burton, est superbe. Pour la qualité des pages, du papier aux ornements, pour le dos brun et un peu doré qui donne l’impression d’avoir chiné un volume du passé mais aussi pour les photographies… Pour la première de couverture aux reflets argentés, il n’y a que curiosité mais au fil des chapitres, leur poésie est intense avec un noir et blanc profond. Découlant de l’histoire de Jacob, d’Abe, de l’Oiseau et des enfants particuliers, elles concrétisent les faits qui se devinent ainsi sous les yeux du lecteur. Enfant, Jacob avait confiance aux mémoires et archives que lui racontait son grand-père, Abraham Portman sur la partie de sa vie liée à une île au large du Pays de Galles et d’enfants particuliers. Mais dans le présent, sa pensée a disparu. Avec la perte funeste d’Abe, il prend conscience de certaines choses curieuses et décide de partir sur l’île qui lui dévoile les secrets de l’orphelinat dont Abe lui avait parlé il y a si longtemps. Les rencontres sont insolites mais profondément affectueuses. Ces dernières charment le lecteur mais ce n’est rien à mon sens, à côté de l’amour de Jacob porté pour son grand-père et leur complicité. Que ce soit en photographie ou avec la plume de l’auteur, des légendes à la vérité, il n’y a qu’un pas dans ce livre, ou cette boucle. Les rêveries et contrastes sont soutenus comme avec l’environnement pesant et sombre sur l’Île Cairnholm mais pleine de douceur dans le passé de l’orphelinat du 3 septembre 1940, malgré le lien discret avec l’Histoire. Le fait de donner trop de détails me fait peur sur l’histoire adorée de Miss Peregrine, des enfants, d’Abe et de Jacob surtout. Même avec plus de quatre cents pages à lire, l’écriture est si mystérieuse qu’elle se consume en un clin d’œil, pour ne pas la délaisser. Une première lecture parfaite pour le Pumpkin Autumn Challenge, qui se découvre finalement comme un coup de cœur…

I used to dream about escaping my ordinary life, but my life was never ordinary. I had simply failed to notice how extraordinary it was. Likewise, I never imagined that home might be something I would miss.

Miss Peregrine et les enfants particuliers, Julie Lou

  1. Ooh comme j’ai adoré ces livres, et cette édition est définitivement la plus belle. Ces photographies sont si magnifiques, étranges, fantasmagoriques. Ce qui apporte tout son charme à l’oeuvre. Je suis contente de voir qu’il s’agit d’un coup de cœur. Je savais que tu allais adorer en tout cas. Et encore une fois j’ai adoré te lire.

    Ps : J’ai comme une envie de les relire. 🙂

    Belle journée à toi.

    • Lou – Author

      Alicia, c’est toi avec ton article qui m’avait confirmé le souhait de les découvrir alors ton petit mot est adorable et je te remercie mille fois pour écrire des articles aussi beaux sur la littérature.
      Belle journée à toi également. Je t’embrasse. ❤️

  2. Je pense que je vais m’offrir ce livre car de ce que j’en lis, l’histoire et l’ambiance me plaisent beaucoup ! Parce que justement, j’ai vu le film au ciné, réalisé par Tim Burton, et la fin je n’ai pas du tout aimé… C’était bien parti puis après, je sais pas… Mais je pense que c’est dû à une mauvaise adaptation ! Donc je vais aller voir ça ^^ Merci pour cet article ! Des bisous Julie !!!

    • Lou – Author

      Émilie, toi qui adore l’automne et Halloween, file lire ce roman ! Je ne peux pas partager un avis sur le long métrage car je ne l’ai pas vu afin de ne pas m’immiscer dans l’histoire avec des acteurs mais avec mon article, certaines personnes m’ont fait la même remarque que toi sur le livre en me disant que cela ne tient que de l’adaptation. J’espère que tu le liras et que tu l’aimeras, vraiment !
      Je t’embrasse et dis-moi si tu le lis, je suis trop curieuse.

Comment

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.