Tom Odell - The Jubilee Road Tour, Julie Lou

Tom Odell – The Jubilee Road Tour

Dix-neuf Janvier, aux portes d’une salle de concert parisienne. Les émotions se confondent. L’anxiété, la peur, la tristesse mais aussi un soupçon d’allégresse et d’impatience. Des circonstances personnelles ont affaiblies ces dernières émotions et l’impression entêtante de ne pas me présenter à ce concert refait surface à quelques pas de la salle. Cette salle, c’est le Bataclan. Une salle dans laquelle je ne pensais finalement jamais passer les portes, ni même en traverser le boulevard. Mais Tom Odell, auteur, compositeur et interprète que j’affectionne et que je souhaitais découvrir sur scène se produit ce soir-là et dans cette salle. L’attente sur le bitume et dans le froid n’est pas si longue et permet de remarquer à quel point il est inconcevable d’imaginer les événements douloureux qui se sont passés sur ce Boulevard Voltaire. Et le sentiment se renouvelle à l’intérieur du Bataclan, d’autant plus une fois que la première partie se dévoile, Jane’s Party, un groupe canadien qui ne m’a pas laissé indifférente et que je continue de découvrir petit à petit de mon côté.

Mais une fois celle-ci finie, l’attente commence à battre son plein. Les lumières s’éteignent. Tom Odell se présente à son piano sous un simple rayon de lumière qui n’éclaire que lui. Sous ses doigts se devinent les premières notes de Jubilee Road, l’un des titres de son dernier disque et certainement l’un de mes préférés aussi. La salle reste silencieuse comme hypnotisée mais l’interprétation est pour moi, encore plus belle en live que sur les enregistrements studios et ce n’est que le premier titre. Les frissons s’immiscent et s’intensifient même de chansons en chansons, à partir de celui-ci et des quinze autres qui s’enchaînent. Sentiments avec : la stupéfaction avec I Know, l’idolâtrie avec l’une de mes préférées, Hold Me où il descend dans la fosse pour chanter avec le public et où il le « magnétise » tel un véritable chef d’orchestre, la paix avec sa reprise du titre Imagine de John Lennon qui prend tout son sens dans cette salle. Une reprise loin de la mélancolie et si proche de la vie, de l’amour, à l’instar de cette belle soirée.

C’est encore une fois un concert qui est passé tel une étoile filante mais si l’artiste et ses musiciens m’ont impressionné, pour la première fois, le public aussi. Je n’ai pas les mots pour décrire l’atmosphère de cette soirée parisienne et sincèrement, sortir de ce cocon où respect, authenticité et partage étaient les maîtres mots, s’est fait à contre cœur. Elle restera pour moi, inoubliable.

Et vous, quel est votre dernier concert ?

  1. Coucou ! J’adore Tom Odell, je ne sais plus comment je l’avais découvert. Peut-être par les découvertes de la semaine sur Spotify. Effectivement, ce concert a dû te submerger de différentes émotions… Je ne sais pas si j’aurais le courage d’aller dans cette salle… J’imagine qu’avec cette musique, ça devait être vraiment un moment très spécial. Merci d’en avoir partagé un petit aperçu ici. Je crois qu’il faut le vivre pour le comprendre réellement.
    PS : J’ai vérifié dans mes abonnements, normalement je devrais recevoir des mails à l’avenir quand tu publies un nouvel article, j’espère, mais c’était déjà activé… Bizarre 🙂

    • Julie Lou – Author

      Je pensais que ses chansons allaient ajouter une couche d’émotions, mais finalement Tom Odell apporte une telle joie en se produisant sur scène qu’on était loin de la mélancolie qu’évoque ce lieu.

      P.S. : J’espère que cela fonctionnera dans ce cas… As-tu reçu une notification pour mon article de ce matin ? Tiens moi au courant surtout, le problème vient peut-être de mes paramètres.

  2. On s’y croirait presque ! Merci pour ce petit condensé de ressentis et d’émotions Julie, ça donne envie 🙂

COMMENTAIRE

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.